Le plongeoir. Version imprimable

J'étais au bout du plongeoir quand soudain... mon portable se mit à sonner! Merde! Ils font des trucs si légers maintenant que je ne le sentais pas. Je l'avais cherché partout dans la cabine et, ne le trouvant pas, j'avais pensé l'avoir perdu. Alors basta!. Je vais quand même nager.
Il y avait du monde à la piscine aujourd'hui et on était nombreux à vouloir plonger. Une dame derrière moi commençait à s'impatienter de me voir immobile au bout du plongeoir. Il n'était pas bien large, mais la dame, oui. Rouge de confusion et comme on ne pouvait pas se croiser, je lui fis signe de reculer. Mais elle ne voulut pas et au contraire, elle me provoqua: Ah, le petit fanfaron, on fait demi-tour au moment de sauter? - Mais non madame, c'est mon téléphone!
Devant son air incrédule, je fis mine de chercher mon téléphone dans mon maillot de bain. Elle se mit à pousser des cris:
- Ah, le saligot, exhibitionniste, au secours, au viol!!! etc.
Un maître nageur arriva.
Lui: Que se passe-t-il, madame?
Elle: Ben c'est le monsieur: il me regarde en fouillant dans son slip!
Lui: Allons, calmez vous, madame. Et vous, monsieur, approchez.
Moi: Mais je ne peux pas, elle bouche le passage.
Elle: Quoi? Pour le plongeoir, c'est un aller simple, pas un aller et retour! Plongez, que diable, si vous en avez dans le caleçon...
Moi: Ben justement, dans mon caleçon, j'ai oublié mon téléphone et je ne veux pas le mouiller. C'est pourtant pas si compliqué à comprendre, enfin!
Mais à trois sur le plongeoir, ça faisait un peu trop. J'entendis un craquement sinistre.
Au moment où il craquait, je me réveillai en sursaut. Mon téléphone, sur ma table de nuit, se min à sonner. Enfin!

Le long voyage. Version imprimable

Ne sois pas en peine, mon enfant.
Le bateau arrivera.
Le voyage aura été long.
Nous serons là pour te serrer à nouveau dans nos bras.
Et ton sourire enfin nous inondera.

In vino veritas. Version imprimable

L'autre jour dans la salle des profs, il y avait un pot de départ en retraite. Après bon nombre de petits fours et de rasades de kir tiède, le collègue prof de maths un peu farceur et pas mal éméché prit enfin la parole:
Chers amis, cher collègues, écoutez moi bien car vox potuli, vox deï.
Une condition sine qua non pour enterrer un scandale politico-financier est de créer in peto une commission parlementaire ad hoc. Après quoi, alea jacta est. Des réunions vont a priori commencer dès le nihil obstat prononcé par le primus inter pares. Mais impossibilia nulla tenetur elles vont s'espacer et aller a volo. Tempus rerum imperator, on ne produira que quelques dizaines de pages recto verso pleines de nota bene. On évitera les attaques ad hominem pour ne pas créer de casus belli. Les conclusions du rapport seront reportées sine die, et voilà: de profundis! Ite missa est... Personne n'ira lire in extenso les insipides considérations pro domo
Exit les espoirs de justice. Sauf si un jour, lux fiat et in extremis, un petit farfelu comme moi au curriculum vitae suspect vient fourrer son nez dans l'affaire et raviver la flamme.
Vous voyez, je pars en retraite, mais cogito ergo sum. Et je finirai par un vibrant amor fati.
Carpe diem.

Erratum en guise de post scriptum: le prof n'était pas de maths mais de lettres classiques. De facto vous aviez rectifié. Errare humanum est et mea culpa.

Kimono et oiseaux. Version imprimable

C'est les sports d'hiver
la montagne a enfilé
son kimono blanc

J'ai coupé du pain
un peu pour mon estomac
le reste aux oiseaux
 

Retour aux sources. Version imprimable

J'aime mon quartier. C'est un peu comme un village au coeur de la ville. Des rues en pente, des coursives, des escaliers, un terrain vague ici ou là, au détour d'une ruelle. Des herbes folles, deux ou trois buissons et c'est aussitôt la jungle pour les enfants. Combien d'apprentis Doisneau ne sont-ils pas passés un jour par là? Pensez donc: des gens poussant un vélo, un pigeon sur une carcasse de voiture abandonnée, des pavés arrondis et mal joints, des vieilles dames, canne à la main, et dans l'autre un panier d'où émerge une botte de poireaux ou la queue d'un poisson, des flaques d'eau où viennent boire les moineaux, tant de détails sont des mines, des trésors pour des yeux éveillés autant qu'émerveillés.
→ plus

Contre-voeux 2020 Version imprimable

Voici deux-mille-vingt
Mais je n'y suis pour rien:
J'ai essayé en vain
D'arrêter le destin,
Renoncé aux festins,
Evité les copains...

Tous ces efforts pour rien:
C'est ainsi, le train-train
Des soirs et des matins.
Les jours dans le moulin
Sont broyés comme grains
Jusques à l'an prochain.

Voeux 2020 Version imprimable

Voici deux-mille-vingt et, sans être devin,
À vous, chers écrivains qui, en alxandrins,
Avez la verve heureuse et le verbe si fin,
Je la prédis joyeuse au vu de votre entrain.

Mais le verre à un pied, qu'on emplit de bon vin
Qu'on lève jusqu'aux cieux en souhaitant enfin
Bonheur et satiété, santé pour l'an qui vient,
Est à présent rangé, attendant vingt-et-un.

Neige. Version imprimable

Dans un champ de neige
pies et corbeaux ont mangé
toutes les couleurs.