Le vent Version imprimable

Il faut être oiseau pour comprendre le vent.

Ce n’est pas parce que le vent souffle que l’inspiration vient.

Le vent est plus solide que la pierre.

Le vent transporte toutes sortes de choses, et même des mots d’amour.

Le vent est là pour faire chanter les pierres.

Le vent d’été soulève la poussière; le vent de la colère soulève les peuples.

Si d’aventure le vent venait à manquer…

Les saules. Version imprimable

- Pas plus que l'hirondelle ne connaît l'hiver, le saule ne sait ce que pleurer veut dire
→ plus

Mémoire trouble Version imprimable

Fumée d’un feu de bois

→ plus

Le studio d'à côté (suite n°4). Version imprimable

Elle dit: ce soir tu viens manger chez moi: j'ai des ravioles de moules. Bon, c'est moins chic qu'hier soir, mais au moins, c'est plus cool qu'au resto. Là où j'habitais avant, il y avait un rital au coin de ma rue. J'ai ramené aussi de l'huile d'olive comme quand j'étais petite, des anchois au gros sel, je te dis pas... Faudra que j'y retourne un de ces quatre.
→ plus

Le studio d'à côté (suite n°3) Version imprimable

En sortant du restaurant, nous avons tous encore discuté un moment sur le trottoir avant de repartir chacun de notre côté. Ginette et moi, sans un mot, retournâmes vers nos chez nous. Arrivée devant la porte de son studio, elle ouvrit après un temps d’hésitation. Moi devant la mienne, je fis de même. Puis après un bonsoir que je sentis gêné, chacun rentra dans son appartement.
→ plus

Mais qui est cette fille? Version imprimable

Mais qui est cette fille
qui court dans les blés murs
cheveux flottants au vent?
  On dirait des oiseaux
une écharpe de soie
un vol de papillons!

Sous ses pieds la poussière
en fines étincelles
poudroie et se mélange
au sillage doré
trace de son passage.

Elle court droit vers l’ouest
là où le soleil tombe
là où la nuit l’attend
là où ils font l’amour
dans un flamboiement fou
que les dieux ébahis
regardent en silence.

Cette fille est ma fille
qui un jour est partie
en riant aux éclats
au pays de là-bas
d’où l’on ne revient pas.

Le studio d'à côté (suite n°3) Version imprimable

En sortant du restaurant, nous avons tous encore discuté un moment sur le trottoir avant de repartir chacun de notre côté. Ginette et moi, sans un mot, retournâmes vers nos chez nous. Arrivée devant la porte de son studio, elle ouvrit après un temps d’hésitation. Moi devant la mienne, je fis de même. Puis après un bonsoir que je sentis gêné, chacun rentra dans son appartement. Je déballai à nouveau le tableau qu’on m’avait offert et le plaçai sur le buffet, calé comme j’ai pu à côté le vase de Vallauris, en attendant de lui trouver une place plus digne. Enfin, je m’affalai sur le canapé pour bien le contempler. La courbe de ce corps, le modelé étaient splendides et l’harmonie des ocres me plaisait énormément. Il fallait vraiment que j’aille voir l’original au Petit Palais dès que possible.
→ plus

Le studio d'à côté (suite n°2) Version imprimable

Quelques jours plus tard...
→ plus