Ma condition humaine. Version imprimable

Je suis un goéland
des yeux
ma condition humaine
m'empêche de voler.

Je cherche le soleil
des yeux
ma condition humaine
m'empêche de briller.

Je m'allonge et je ferme
les yeux
ma condition humaine
me permet de rêver
 
 

Le bateau des souvenirs. Version imprimable

Le cri du cormoran
le cinglant vent du large
le grain qui te cisaille
le ressac dans les rocs
les ténèbres d'un gouffre
entraille de la pierre.

Le soleil qui renaît
les enfants sur la plage
sable et sel sur la peau
et le doux vent du large.

Bateau des souvenirs,
accoste à ma mémoire!

Aphorismes Version imprimable

Ce n'est pas avec ses oreilles qu'on écoute le rossignol.

Faut-il savoir voler pour comprendre l'alouette?

Le papillon qui butine cherche la fleur qui lui ressemblera. Qu'en pensent le narcisse et le flocon de neige?

Dépouiller sa vie, c'est rendre sa place à la poésie.

Quand j'ai vraiment soif, je lis un poème.

Poète, oublie ton prêche: quand les fidèles seront là, tu seras déjà parti ailleurs.

Ciel, le puits est à sec! Il est temps d'élever ton regard.

Croire en l'avenir, ou pas, ne sert à rien car il adviendra toujours.

Je plains ceux qui n'ont plus que la mort pour les surprendre.

Le temps. Version imprimable

Le jour et la nuit
comme les deux jambes
du temps
nous qui fermons nos yeux le jour
et les ouvrons la nuit.

Jardin d'hiver. Version imprimable

Mon jardin, cet hiver,
Était un lieu désert,

Tout recouvert de neige,
Comme pris dans un piège.

La bêche et le râteau,
La fourche et le cordeau
Devenus inutiles
Bien rangés et tranquilles.

Un incongru corbeau
Parfois se trouvait beau
À survoler la place
Toute blanche de glace.

Puis la neige a fondu.
Le corbeau s'est pendu,
Jaloux de l'hirondelle
Qu'on attend, qu'on appelle...

Qu'on lui trouve plus belle.

Le temps. Version imprimable

Des tubes de verre dans le vent.
Une fontaine qui chantonne.
Des nuages de passage.

Des bribes de temps s'entrechoquent dans le vent.
Le temps s'écoule comme l'eau.
Le temps fuit comme nues.

Léger comme la feuille dans l'alizé.
Léger comme un souffle de brume.
Insaisissable comme un sourire.

Cruel comme la mort.

Abandon. Version imprimable

Un chêne centenaire.
Une maison vide.
Des toiles d'araignées.
Des souvenirs fanés.
Les hirondelles parties
ne reviendront plus.

Fleurs de mer. Version imprimable

Les goélands tracent des sillons dans le ciel
laboureurs infatigables
useurs de vent.

Ils sèment d'invisibles graines d'arabesques
d'où jailliront à leur insu
des fleurs de mer.